Bien vivre ses émotions

Accueil » blog » Actualités » Bien vivre ses émotions

Une E-motion (colère, Joie, Tristesse, Peur, Honte-Culpabilité est une E-nergie de vie en mouvement, qui, lorsqu’elle n’a pas pu être accueillie un jour, reste bloquée et tourmente le corps et l’âme.

Les émotions sont naturelles et saines lorsqu’elles sont exprimées au bon moment :

La colère se manifeste lorsqu’il s’agit de défendre notre territoire, notre vie et celle de notre progéniture. La tristesse est nécessaire pour faire le deuil, nous séparer de l’objet ou de la personne aimée. La peur peut nous sauver la Vie, lorsque nous prenons la fuite ou que nous cessons tout mouvement par tétanie. Tout comme une saine culpabilité peut amener au chemin de la responsabilité, devenir adulte, assumer les conséquences de nos actes, en grandissant avec nos erreurs.
La joie et la paix habitent notre être lorsque nous sommes en harmonie : nos besoins sont satisfaits et nos limites respectées ; comme un bébé qui vient de téter !
Maintenant, nous ne sommes plus des individus libres et sauvages, mais des citoyens bien-pensants et obéissants à une certaine morale.

Comment réagir avec mes émotions aux stimuli de la vie conformément à cette « bonne morale » ?

Quelques mécanismes du conditionnement :

  1. Le groupe prime sur l’individu :
    Enfant, nous recevons les attentes conscientes et inconscientes de nos parents depuis avant notre conception jusqu’à notre autonomie. Nous subissons également l’influence de notre fratrie, de nos proches et nos amis, de notre éducation, travail, associations, clubs, et de la société dans laquelle nous vivons. L’humain est un animal grégaire et la loi du groupe prime sur l’individu.
    Afin de nourrir notre besoin d’appartenance et recevoir l’Amour et l’acceptation dont nous avons tous besoin, nous allons mourir à notre partie authentique, libre et sauvage pour nous adapter au système en place. Mais à quel prix ? Où est la juste mesure entre devenir un individu, différencié et affirmé et nous fondre dans la masse de la bonne convenance du moment, et devenir un pu produit de la société ?
  2. Plutôt penser que re(sentir) :
    Plus tard en grandissant nous connaîtrons inévitablement la souffrance et les blessures de l’âme comme rejet, abandon, trahison, impuissance, incompréhension, humiliation. Ces blessures du cœur font flétrir notre âme à nouveau… Une partie de nous choisira de couper le ressenti, et viendra se réfugier dans la tête et développer un mental fort. L’autre partie que l’on nomme Enfant Intérieur, dont nous avons la responsabilité, une fois adulte, de soigner, panser et laisser grandir… ou pas.
    C’est bien pratique de ne plus ressentir la souffrance en période de stress. Mais quand cela fait des années que le ressenti a été coupé, un jour nous nous réveillons et nous nous rendons compte que la Vie est fade. En quelque sorte nous sommes devenus comme un robot, un mort vivant…

Car si l’on se coupe d’une émotion jugée inacceptable, douloureuse ou même négative, alors on se coupe de toutes les émotions, donc de la Joie, de l’Amour et de la Vie.
Voyons combien d’insatisfactions, de colères rentrées, d’émotions refoulées, d’injustice et de non-respect, d’impuissance, de manque d’humanité hantent cette planète. Comme si nous nous baladions tous avec un enfant intérieur blessé et enfermé dans une carapace, se comportant parfois comme un tyran ou comme une bombe prête à exploser au premier regard…

Plus que jamais il devient urgent de créer un monde de Paix. Et nous sommes tous acteurs, c’est un devoir moral de citoyen et de santé publique de faire le chemin vers sa Paix intérieure.
Comment cela ? En effectuant un travail personnel ou en participant à un stage sur ce sujet. Pour nous permettre de comprendre, de transformer notre plomb en or, de vivre nos colères et peines qui n’ont pas fini leur chemin, de nettoyer nos relations, d’exprimer nos besoins et respecter nos limites. Puis pacifiés émotionnellement et mentalement, cette transformation (ou chimie de l’âme) aura pour résultat d’intensifier notre présence à la Vie, de nous permettre de ressentir de la Joie et de l’Amour qui sont nos états d’être naturels lorsque nous sommes en harmonie.
Car les émotions nous rendent vivants. C’est de l’énergie de Vie qui cherche à être en mouvement. Considérons nos émotions enfouies comme autant de trésors et de potentiels de Vie. Ces émotions sont des ingrédients de la Vie, pas des accidents.

karl2

Une société sans violence, un corps sans maladie, un esprit sans confusion, un intellect sans inhibition, une mémoire libre de traumas et une âme sans chagrin devraient être le droit de naissance de chaque Être humain sur cette Terre.

Karl DI FOGGIA
Thérapeute – Formateur – Conférencier
Approche phycho-corporelle et énergétique de l’Être
www.karldifoggia.fr
06.24.41.01.86

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *