La Biodanza, une pratique de développement social

Accueil » blog » Articles » La Biodanza, une pratique de développement social

Le mouvement, comme le son et le cri, est un des éléments innés de l’être humain. La première conscience de notre condition d’être humain incarné, antérieure au langage est celle qui arrive pour chacun de nous par le mouvement, avant même notre naissance, puisque nous savons que le fœtus a une vie, et qu’il bouge déjà en réponse aux sollicitations de son environnement.

Un mouvement conscient chargé de sens

Ce mouvement, cette expression de vie, la danse, surgit des profondeurs de l’âme humaine ; elle est pulsion intime, expression de l’individu en lien à l’espèce.
La danse est une activité sociale de l’être humain depuis la nuit des temps. Elle accompagne les moments forts de l’existence dans la vie de très nombreux peuples. La danse peut être définie comme un ensemble de «  mouvements conscients chargés de sens  ». Elle contient et exprime le contenu de l’âme humaine.
La danse est souvent associée aux spectacles de ballet classique ou à d’autres formes structurées, avec des pas préétablis. Cette vision formelle de la danse nous a progressivement écartés de sa signification originelle, de son essence.
Dans les peuples primitifs, elle était une modalité de communication utilisée pour extérioriser la joie et la tristesse, pour accomplir des célébrations et pour exprimer des hommages religieux ou profanes.

La Musique, vecteur d’émotions

S’originant dans le milieu utérin par la pulsation cardiaque et les sons corporels de la mère et du fœtus, le son parle à l’âme, bien en amont des mots et des complexités du langage.

Dès le plus jeune âge, la musique touche et nourrit l’individu en accord profond avec son essence.

De même, depuis la nuit des temps, l’utilisation des sons s’est organisée et structurée. De son, il est rapidement devenu musique et a vécu au cours des siècles passés de multiples transformations, témoin de l’évolution de l’humanité.
Qu’elle soit musique rythmée ou mélodie sensible, elle porte toujours le message d’un état émotionnel, offrant ainsi du sens à l’auditoire.
On peut donc affirmer que l’ensemble danse-musique permet un accès aux profondeurs de notre psychisme.

Fondements anthropologiques et psychologiques

A partir des années 60, Rolando TORO, Anthropologue Chilien et créateur de la Biodanza, organise des séances de « psychodanza » qui ont pour effets des améliorations du psychisme parmi les participants. «  Ces personnes ne sont pas des artistes professionnels, mais des personnes qui cherchent passionnément un sens intérieur dans le monde dans lequel nous vivons  » (Rolando TORO).
En étudiant les pratiques ancestrales des différentes civilisations, Rolando découvre et rassemble un certain nombre de rituels communs, les adapte au monde moderne, en veillant à soigneusement préserver l’essence de ces pratiques.

Quel est le point commun à toutes ces ethnies ? Qu’est ce qui fait de nous des êtres « humains » ? Qu’est ce qui nous rassemble devant les grandes questions existentielles que sont la vie, la mort et l’Amour ?
Ce sont des questions auxquelles la Biodanza a l’ambition d’apporter une réponse. Elle se pratique aujourd’hui dans toute l’Amérique du sud, en Amérique du nord, en Europe, en Afrique du sud et au Japon.

La «  Vivencia  » comme outil de transformation

En associant le mouvement et la musique à une intention émotionnelle, à l’aide d’une proposition adaptée, il est possible de créer une atmosphère intérieure, une vibration interne, une «  Vivencia  » : c’est «  une expérience vécue avec une grande intensité par un individu dans le moment présent qui englobe la cénesthésie, les fonctions viscérales et émotionnelles  » (Rolando TORO).

Cet assemblage «  mouvement, musique, Vivencia  » produit des mouvements psychiques qui au fil des séances, donne ou redonne du goût à la vie et du plaisir à vivre.
Le génie de cette pratique tient en ces termes : «  La Biodanza est un système d’intégration humaine, de rénovation organique, de rééducation affective et de réapprentissage de fonctions originaires de la vie  » (Rolando TORO).

Intégration humaine, car elle invite à revenir dans notre corps, à vivre notre vie plutôt que de l’imaginer ou la rêver, à accepter notre condition humaine plus comme une opportunité d’évolution personnelle que comme une fatalité à subir.

Rénovation organique, car elle permet une amélioration douce et progressive de la qualité de vie, grâce à l’extraordinaire levier que constitue le plaisir.

Rééducation affective, car le lien à l’autre, à mon semblable, est un des besoins fondamentaux de l’être humain. Nos fonctions émotionnelles sont de grands pourvoyeurs de bonheurs et de souffrances, suivant la façon dont nous les utilisons.
Nous avons souvent un grand besoin d’affectivité, de nous sentir aimé(e), regardé(e), touché(e) sans nécessairement savoir oser l’exprimer. Par la rencontre ritualisée et la synergie du groupe, la Biodanza favorise la maturité affective et développe l’autonomie affective des personnes.

Réapprentissage des fonctions originaires de la vie, car le lien retrouvé à nos fondements archaïques, à nos racines personnelles, est grand générateur de paix et d’harmonie intérieure.

Les fonctions instinctives révèlent une grande sagesse, elles sont indispensables à la survie de l’espèce, elles nous mettent en lien intime avec notre présence sur terre, avec nos questions fondamentales, ou plutôt avec nos réponses fondamentales.

La séance de Biodanza

Même si elle présente des aspects anthropologiques avérés, la Biodanza se présente comme une pratique ludique agréable, joyeuse et douce.
Dans la séance de Biodanza, tout est proposition, il n’y a rien d’obligatoire (nous sommes là pour nous faire plaisir). La séance se compose d’un court temps de parole, où chacun est invité à parler de ce qui peut être partagé avec le groupe en termes de sensation, puis d’une partie théorique donnant du sens à ce qui va composer la soirée. Ensuite vient la partie dansée, sans paroles, pour laisser la priorité aux sensations. Dans cette phase, l’enchaînement des propositions invite d’abord à augmenter le tonus, à déployer la vitalité, puis elle invite progressivement à ralentir pour prendre le temps de sentir, pour écouter et apprécier. Elle invite à vivre le sensible et le léger, à développer la douceur et le plaisir. Nous dansons parfois seul, parfois à deux, parfois en groupe.

Activité de groupe

La Biodanza se pratique en groupe, il n’y a pas de Biodanza individuelle. Elle invite à la rencontre sans jamais rien imposer, le postulat initial est que chacun a la capacité de savoir ce qui est bon pour lui (pour elle).

La rencontre ritualisée est un des éléments importants de la séance de Biodanza. Elle crée une atmosphère de reconnaissance mutuelle, et d’accueil propice au développement de l’affectivité. Elle permet de développer des liens de façon complètement authentique.

La Biodanza augmente la qualité des relations comme autant de supports pour chasser les aprioris, les jugements, les non-dits et les quiproquos, Elle invite à vivre davantage dans le présent, «  dans le réel  », elle invite à oser.

La Biodanza est structurée autour du plaisir et de la joie, elle a la particularité de s’adresser à la partie saine de l’individu, sans nier les parts de souffrances, en invitant à valoriser «  ce qui va bien  ».
En invitant à vivre le plaisir et la joie, elle permet de toucher notre désir profond, et invite à déplacer les limites que nous fixons nous même à notre expansion.

Elle permet de retrouver le lien avec nos fondements d’être humain, avec notre partie instinctive, et aboutit à une transformation de notre regard sur la vie, en agrandissant notre champ de perceptions. La Biodanza n’est pas une thérapie, mais elle a des effets thérapeutiques indéniables.

C’est simple !

Isadora Duncan disait : «  Si je pouvais le dire avec des mots, je n’aurais pas besoin de danser  ».

La Biodanza invite à la rencontre avec soi même, à la rencontre intime et profonde avec la partie de soi qui veut jouer, rire, sauter, danser.

Il n’est pas nécessaire de savoir danser, il est seulement nécessaire d’avoir envie de sentir son corps bouger, de goûter la sensation d’être vivant, d’entrer dans la présence à soi et aux autres.

Bertrand Lemoine
Facilitateur titulaire – Sytème Rolando TORO
Formé à l’école de Biodanza de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *