La thérapie manuelle méthode Poyet

Accueil » blog » Articles » La thérapie manuelle méthode Poyet

La thérapie manuelle méthode Poyet, inventée par Maurice Poyet, est une méthode douce issue de l’ostéopathie et de l’énergétique chinoise.

L’originalité de cette méthode est l’extrême douceur de sa technique. Il n’y a pas de manipulation. Le thérapeute ne fait pas « craquer » les articulations.

Cette méthode nécessite 4 années d’études.

La biographie de Maurice-Raymond Poyet

Maurice-Raymond Poyet (1928-1996) s’engage dans la guerre en Indochine à 17 ans, en trichant sur son âge. Muté à l’infirmerie, il reçoit de la part d’un vietnamien quelques rudiments de médecine énergétique chinoise.

Après avoir obtenu le titre de masseur-kinésithérapeute dans les années 50, il se forme, dans les années 70, aux techniques ostéopathiques de l’époque, ainsi qu’à l’acupuncture (auprès d’André Brunel, personnage clef de ces pratiques en France).

Au sein de son cabinet de kinésithérapie et d’ostéopathie, il développe une main de grande qualité et surtout une approche intuitivement très douce.

Dans les années 80, A. Brunel et M. Poyet commencent à partager leurs connaissances et leurs expériences.

Le cabinet et l’école de M. Poyet prennent de l’essor. Il y développe régulièrement de nouveaux outils.

La méthode

Cette technique se base sur le mouvement respiratoire primaire (MRP) découvert par W. G. Sutherland. Il s’agit d’un micro-mouvement des os et des organes. En effet, chaque pièce osseuse subit un mouvement, dans une phase inspiratoire, qui va l’entraîner dans une direction bien précise, avec une fréquence et une amplitude déterminée. Dans la phase expiratoire, chaque pièce osseuse subit un mouvement qui l’entraîne dans le sens inverse. C’est une respiration de l’ensemble des tissus du corps humain. L’hypothèse la plus communément admise est que ce MRP aurait pour origine les fluctuations du liquide céphalo-rachidien. Ce mouvement se transmettrait du crâne jusqu’au sacrum par l’intermédiaire de la dure-mère (méninge). Puis, il se transmettrait au reste du corps par l’intermédiaire notamment des fascias (membranes recouvrant une structure anatomique).

Dans un premier temps, il y a un travail crânio-sacral où le thérapeute examine le crâne, puis il corrige à distance sur des « points de chaînes » situés au niveau du sacrum. Ils sont une grande découverte de M. Poyet. En effet, chacun d’entre eux est en relation avec un os du crâne, trois vertèbres, un ou plusieurs organes et des os périphériques. Par exemple, la chaine temporale est en relation avec l’os temporal, les vertèbres C6, D7, L3, la vessie, les ovaires, l’utérus et le pubis.

Ainsi la correction de ces « points de chaînes » a une action globale sur le corps humain.

Dans un second temps, il y a un travail local pouvant se situer au niveau d’une articulation ou d’un organe. Si par exemple une personne a une douleur à l’épaule, il sera nécessaire d’examiner et de corriger (si besoin) le bassin, la colonne vertébrale et la ceinture scapulaire.

L’objectif d’une séance est de corriger l’aspect positionnel des pièces osseuses concernées pour restituer la respiration tissulaire physiologique, et pour que la douleur disparaisse.

La correction est une invitation digitale que le thérapeute lance dans une direction bien précise. Celle-ci permet alors à la structure de se manipuler elle-même.

Une autre grande découverte de Maurice Poyet a été la mise en lumière de différents points énergétiques appelés « fusibles ». Comme leurs noms l’indiquent, ils ont une activité de fusible. En effet, si ces points cessent de fonctionner, cela engendre de nombreux désordres dans le corps humain. On dit que le sujet est « disjoncté ». Ces « fusibles » sont examinés et corrigés si nécessaire, en début et en fin de séances. Ainsi, le thérapeute peut vérifier à la fin de chacune d’elles la validité de son intervention. C’est une sécurité.

Le thérapeute fait aussi une détente des fascias et des muscles. Par exemple, il « écoute » avec la main le MRP des fascias jusqu’à ce que les tensions disparaissent et il étire les muscles à un niveau dit « infraliminaire » (stimuli se situant au-dessous du seuil de réaction conscient).

Cette approche prend donc en compte la globalité de la personne.

Le temps de consultation est d’une heure environ. Mais ceci peut varier suivant la problématique et la sensibilité de la personne. Parfois, une seule séance suffit et, dans certains cas, plusieurs sont nécessaires. Chaque personne est unique et nécessite une prise en charge personnalisée.

Candice VACLE
Thérapie Manuelle Douce
Méthode Poyet (D-Po)
Mars 2010

Cacher les commentaires

3 Commentaire pour “La thérapie manuelle méthode Poyet

  1. Depuis que j’ai découvert il y a deux ans cette thérapie manuelle je revis. Il y a un mois et demi j’ai passé une journée aux urgences, radios, scanner, tout était normal…!!! J’avais une douleur épouvantable sous les côtes côté gauche, je ne pouvais plus respirer. Je suis allée chez la personne qui pratique cette thérapie….j’avais le diaphragme pincé entre deux côtes…!!! Quel soulagement après l’intervention..!!! mais j’ai eu très mal pendant encore quinze jours. Cette méthode est révolutionnaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *