Les oligo-éléments, sources de vie

Accueil » blog » Articles » Les oligo-éléments, sources de vie

L’oligothérapie telle qu’elle se pratique de nos jours repose essentiellement sur le travail du Docteur Jacques Ménétrier, qui a découvert les formidables résultats obtenus avec le Cuivre, le Cobalt, le Manganèse ou le Zinc sur les états arthritiques et tuberculeux. Il a approfondi ses recherches à l’Institut Pasteur et démontré que les oligo-éléments à petites doses sont efficaces même en l’absence de carence.

Il a alors créé la médecine des fonctions, méthode des oligo-éléments qui ne s’attaque pas aux symptômes mais aux causes des dysfonctionnements organiques. L’individu possède un terrain de susceptibilité aux maladies qu’il a nommé « diathèse». Cela explique que, dans une même espèce, certains individus soient victimes d’agressions microbiennes, alors que d’autres en sont épargnés.

Quel est le rôle des oligo-éléments ?
Les oligo-éléments sont des métaux et métalloïdes contenus dans tous les organes vivants, à doses infimes (« oligo » en grec signifiant « très petit ») mais indispensables à leur bon fonctionnement. Comme les vitamines, les oligo-éléments sont irremplaçables ; ce sont les catalyseurs des fonctions biologiques de l’organisme et les régulateurs du métabolisme. S’ils viennent à manquer, c’est toute l’harmonie du corps qui est remise en cause ; sans eux, pas de fonction et pas de vie. Modificateurs de terrain, ils favorisent les défenses naturelles, possédant ainsi un effet antitoxique et bactéricide.

À quoi servent les catalyseurs ?
Les catalyseurs facilitent les fonctions biologiques en diminuant le temps et l’énergie nécessaires à leur réalisation. Dans l’organisme, les métallo-enzymes sont présentes en petites quantités et opèrent une activité surprenante ; en effet, un seul atome (ion) de métal est nécessaire pour effectuer plusieurs milliers de transformations par minute. Les oligo-éléments sont partout : Le Zinc dans l’insuline, le Magnésium dans la chlorophylle. Plus de 300 enzymes Magnésium-dépendants ont été identifiées, 265 enzymes Zinc-dépendants et 100 enzymes Cuivre et Manganèse-dépendants.

Au sein de l’organisme, un métal n’est catalyseur que lorsqu’il se trouve à l’état d’ion. C’est la charge électrique émanant de cet ion qui confère un pouvoir biocatalytique à nos enzymes. Les ions métalliques sous forme liquide ont donc une meilleure bio-assimilation.

De la vitalité à la beauté :
Les oligo-éléments ont donc une action polyvalente. Concrètement, ce sont de subtils nutriments énergétiques qui permettent de lutter efficacement contre de nombreux problèmes comme la fatigue, le stress, les troubles digestifs…

Ils apportent tonus et vitalité et possèdent une influence décisive sur la beauté. Une bonne mine, un teint frais ne sont que le reflet de l’équilibre intérieur.

La présence de certains oligo-éléments comme le Zinc permet de préserver la jeunesse de nos cellules et contribue à garder la peau souple et les cheveux soyeux.

Où trouve-t-on les oligo-éléments ?
Dans toutes les cellules vivantes, celles des hommes, des animaux, mais aussi des végétaux. Les plantes de nos jardins, de nos champs, les champignons de nos forêts contiennent ces minéraux puisés dans la terre.

Une nourriture variée et équilibrée devrait donc suffire à couvrir nos besoins journaliers. Mais les cultures industrielles, l’appauvrissement des sols, le raffinage des aliments éliminent trop souvent ces oligo-éléments, ce qui peut causer des subcarences, des carences et des problèmes de santé. C’est pourquoi il peut être bon de prendre des compléments.

Les différentes formes de compléments :
Il en existe principalement trois :

  • La première est composée de sels ou de colloïdes. Dans le cas des sels (sulfate, gluconate, chlorure,…), le métal n’est pas pur mais associé à un transporteur chimique qui modifie l’activité du métal. Un organisme fatigué n’arrive pas toujours à dissocier le composé pour que le métal se libère et agisse. Dans le cas des chélates, le métal est emprisonné au sein du transporteur chimique, ce qui rend encore plus difficile sa libération et son assimilation. Quant aux colloïdes, ce sont des amas volumineux de composés à base de métaux non dissous, ce qui rend leur absorption et leur dissociation plus ou moins difficiles.
  • Les oligo-éléments issus de l’alimentation sont une oligothérapie nutritionnelle dont le rôle principal est la reconstitution des organes et le stockage des minéraux au sein de l’organisme.
  • Et enfin, la forme ionisée qui permet des doses nettement plus faibles avec une efficacité accrue. Les oligo-éléments ionisés passent rapidement dans le sang et en milieu intra cellulaire sans qu’il soit nécessaire pour l’organisme de les digérer pour les assimiler. La vitesse d’assimilation s’en trouve accélérée. Cette forme permet l’usage de faibles dosages spécifiques et adaptées à l’organisme qui rendent impossibles une intoxication ou des effets secondaires.

La forme ionisée est la seule forme capable d’activer les métallo-enzymes de l’organisme.

L’oligothérapie : une thérapie biologique intégrée
Toute substance que l’on absorbe, qu’elle soit naturelle ou de synthèse, se substitue momentanément et partiellement au fonctionnement déficient de l’organisme. Si elle est reconnue comme élément étranger, elle est éliminée par notre système immunitaire et nos émonctoires.

Les oligo-éléments, parce qu’ils font partie naturellement de l’organisme, ne sont pas considérés comme des corps étrangers. Ils sont au contraire intégrés pour agir et demeurer sur le site organique prévu par la nature. C’est pourquoi l’oligothérapie est une thérapie biologique intégrée, et non une thérapie de substitution.

Dès lors on comprend, aussi, pourquoi l’organisme humain reconnaît mieux des oligo-éléments naturels « alliés » que des oligo-éléments ou une substance minérale chimiques.

Frédéric-Michel Bourgogne
Praticien de santé Naturopathe
Juillet 2010

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *