Des groupes de parole pour gagner de la confiance en soi

Dire ce qui a toujours été tu, oser les mots, écouter… Les hommes, souvent traités de « taiseux » se sont longtemps cachés. Ils se confient ! Au sein de l’association RHRA ils se sont constitués en groupe de parole, pour grandir et prendre confiance en ce qu’ils sont.

De la même manière les femmes qui ont pourtant l’habitude d’échanger beaucoup plus entre elles, partagent rarement leurs blessures les plus profondes. Au sein des groupes de parole de femmes, l’intimité et la confidentialité du groupe leur permettent de se livrer et de partager leurs expériences de vie.

gcorneauinterviewrh

Le chemin des hommes

Dans une société où est maintenue l’inégalité entre les sexes, où les hommes sont entraînés à la compétition et à la conquête du pouvoir, où les rapports d’affection et de tendresse sont relégués dans le privé, il n’y a pas seulement les rapports entre hommes et femmes qui soient affectés, mais aussi les rapports des hommes entre eux.

L’une des composantes importantes de l’aliénation masculine, c’est la difficulté, sinon l’incapacité, à développer des relations profondes et chaleureuses avec d’autres hommes. Aujourd’hui, de plus en plus d’hommes qui, d’ordinaire, cachent leurs blessures et taisent leurs émotions prennent le risque de parler d’eux avec responsabilité et authenticité. Ils s’interrogent sur ce qu’ils sont et sur ce qu’ils vivent, et cherchent à établir de nouveaux rapports avec les autres hommes, avec les femmes, leurs enfants et leurs proches.

« Pour parler de moi avec d’autres hommes, de ma différence, de ma vulnérabilité, j’avais besoin de sentir un climat de confiance où je sois écouté sans jugement et avec bienveillance « . Dans les groupes de parole d’hommes, ces mots reviennent souvent. Ils témoignent du fait que la parole libère, elle apaise. Des choses que l’on pensait impossible à dire se posent, s’exposent et tout devient plus léger. Le dialogue, l’échange permettent de se libérer de ses peurs, de ses doutes, de ses colères et dans le même temps, il ouvre des espaces pour écouter, pour se sentir proche malgré des lignes de vies très différentes.

Parler avec son cœur, plutôt qu’avec sa tête

Ces groupes de parole constituent un espace protégé où les membres s’expriment sans émettre de jugement moral et sans donner de conseils. La parole y est libre, sans sujet tabou. Ils privilégient le partage sur ce que chacun vit dans son quotidien, au plus profond de lui. Les membres du groupe expriment ce qui les touche, ce qui les fait vibrer, ce qui leur fait peur. Tous les thèmes sont possibles : tendresse, pouvoir, sexualité, plaisir, deuil, séparation, désir, violence, famille, enfants, intimité… Les échanges privilégient l’expression de soi en employant le « je ». L’important est de pouvoir exprimer ses émotions, et de laisser de la place à celles des autres. De dire « ce que cela me fait » plutôt que « ce que j’en pense ». De parler avec son cœur, plutôt qu’avec sa tête.

Trouver sa force en exprimant sa vulnérabilité

Les partages sont souvent très émouvants : « Je n’ai plus peur de montrer mes émotions… Je vis mieux ma sexualité… Je me sens moins seul… Je n’ai plus peur des autres … J’aime partager de la tendresse avec les autres… Je suis mieux dans mon corps… Je parle mieux avec mes enfants… Je me sens plus homme avec ma femme (et inversement)… Je n’ai plus peur de dire que j’ai peur… « . Au final, en exprimant leur vulnérabilité, les membres d’un groupe de parole trouvent plus de force et passent de postures de pouvoir (ou de défense) à celle de contacter « leur puissance ». Une puissance qui donne confiance en soi et en l’avenir de l’humanité.

RHRA : www.reseauhommes.com