Géobiologie : notre habitat aurait-il une action sur notre santé et notre bien-être ?

Accueil » blog » Articles » Géobiologie : notre habitat aurait-il une action sur notre santé et notre bien-être ?

Il semblerait que oui. La géobiologie, discipline récente, a pour but de mesurer et de traiter au mieux les influences de nos lieux de vie (maisons, appartements, bureaux…) sur notre santé, sur notre équilibre et notre bien-être.

Lors d’une intervention à domicile, le géobiologue, avec des appareils spécifiques, effectuera tout un ensemble de mesures sur les ondes électromagnétiques en présence, une cartographie des influences du sol (tellurisme) par mesure bio-sensible et un travail sur les mémoires du lieu. Cela permettra de diminuer de façon importante l’exposition aux ondes, ce qui améliore très souvent la qualité du sommeil et le niveau de stress. Le géobiologue donnera également les paramètres pour placer correctement les lits. Le lieu pourra enfin retrouver une énergie équilibrée et reposante si nécessaire au bien-être.

Selon la géobiologie, l’homme est intimement relié à son environnement, à la nature… Les problématiques écologiques et sanitaires actuelles en sont une des manifestations qui nous amènent à cette prise de conscience. Les civilisations anciennes (maya, égyptienne, romaine, asiatique…) avaient intégré ces influences pour l’implantation des villes, des palais et des demeures ainsi que pour l’architecture sacrée.

La localisation de notre lieu de vie, son histoire, sa géométrie, sa structure et les matériaux utilisés, le courant électrique 50Hz, l’environnement extérieur (réseau de distribution électrique, les émissions d’antennes…) créent un ensemble de perturbations qui nous affectent à des degrés divers sur les plans physique (fatigue, qualité du sommeil, maladies) et psychique.
Ces perturbations peuvent être classifiées de la manière suivante :

  • les influences du sol (présence d’eau, de failles…),
  • les réseaux reliés au champ magnétique terrestre (type Hartmann, Cury,…),
  • les ondes subtiles, mémoires des murs reliées à l’histoire vécue dans le lieu,
  • les champs électromagnétiques basse fréquence (courant électrique 50 Hz),
  • les champs électromagnétiques haute fréquence (téléphonie, Wifi..).

Dans les deux premiers cas, la convergence de la présence d’eau souterraine (source ou nappe) et d’un ou plusieurs nœuds magnétiques créent une zone géopathogène. De nombreuses études réalisées par des médecins et des scientifiques ont démontré par des études statistiques et biophysiques cette influence de l’habitat sur notre santé (Dr E. Hartmann ouvrage de référence en 1964, les travaux du Dr Picard sur les pathologies cardiovasculaires et les cancers dans les années 70…). Il est donc important de vérifier que les lits, les bureaux ne soient pas placés sur des zones géopathogènes qui affectent directement la qualité de notre sommeil.
Les ondes subtiles affectent plus notre état psycho-émotionnel et l’état vibratoire de l’énergie des différentes pièces du lieu. Si le lieu est peu perturbé, son énergie, souvent décrite par le terme d’ambiance globale, est libre, déployée, créant ainsi une atmosphère accueillante, reposante, invitant la personne à séjourner dans la pièce. Dans le cas contraire, la personne cherchera à l’occuper le moins possible. Un rééquilibrage sera alors nécessaire.

Les champs électriques et magnétiques (CEM), apparus au 20ème siècle et qui s’amplifient de façon exponentielle avec l’apparition de la téléphonie cellulaire et des liaisons sans fil, agissent également sur nous de façon importante (maux de tête, stress, irritabilité, sommeil…).

Une des pathologies directes, appelée électro-sensibilité, est maintenant reconnue en France longtemps après nos voisins allemands et suédois qui ont imposé des normes beaucoup plus strictes sur les seuils limites d’exposition aux CEM. La mesure de la valeur de ces champs, la recommandation de périmètres de sécurité, le choix de la technologie des appareils ainsi que certaines protections sont donc importants.

La géobiologie porte aussi son attention sur les pollutions intérieures que l’on prend en compte dans l’approche de l’habitat sain/écologique. Il s’agit par exemple des pollutions chimiques avec les COV (Composés Organo-Volatils), les colles et les peintures, la qualité des matériaux et la qualité de l’air intérieur (présence par exemple de monoxyde de carbone, valeur insuffisante d’ions négatifs…).

Les interventions en géobiologie concernent tous les habitats existants, ainsi que les constructions nouvelles avec étude du terrain.

A l’heure actuelle, où nous sommes de plus en plus sédentaires, soumis à de multiples perturbations, la géobiologie apporte un véritable check-up des lieux. Elle permet à notre habitat de retrouver un caractère plus équilibré et plus sain, si nécessaire à notre ressourcement !

Alexis GUICHARD
Praticien en Géobiologie et Feng Shui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *