Le son, un chemin vers la paix intérieure

Accueil » blog » Articles » Le son, un chemin vers la paix intérieure

Le son est au cœur de toutes les civilisations. La musique a toujours créé un lien social fort en rassemblant les communautés humaines autour de leurs traditions, de leurs valeurs, de leurs rêves, de leurs utopies. Ainsi, le son a accompagné le développement de l’humanité par la musique instrumentale, les instruments à percussion et la voix.

La tradition indienne parle du « son primoridal » (le Ôm / Aum / Ohm) ; dans la bible, il est écrit « au commencement était la Vibration ». Citons aussi les chants bons et tibétains, les didgeridoos australiens, les percussions et chants traditionnels africains, les rituels chamaniques des peuples de la nature, les offices des religions révélées, et aussi les musiques de transe actuelles des mouvements alternatifs.

Alors… Quels sont les bénéfices du son ? Comment agit-il ? Comment le son touche-t-il corporellement et sensoriellement une personne ? D’où vient cette sensation de bien-être lorsqu’on écoute sa musique préférée ? Serait-il même possible que le son ait le « pouvoir » d’accompagner, voire de favoriser une guérison ?

Tout d’abord, il convient de considérer que la vibration sonore repose sur des lois physiques bien connues :

  • Par exemple, les sons naturels émis par des instruments acoustiques et par la voix sont porteurs de toute la richesse de leurs harmoniques et viennent résonner en profondeur dans notre corps physique. Leur portée va bien au-delà d’un effet apaisant et relaxant, engendrant ainsi un bien-être durable.
  • De même, l’utilisation de la « gamme naturelle » à la différence de la gamme dite « tempérée » inventée pour permettre les modulations et les changements de tonalité au sein d’un même morceau de musique fait que les harmoniques de deux sons joués simultanément coïncident et évitent le phénomène de « battement » : l’effet de ces sons est alors apaisant, ressourçant, harmonisant.

Par ailleurs, le son est à considérer avant tout comme une expérience à vivre. Pour chaque personne, cette expérience est particulière car les sons viennent en résonnance avec les cellules de son propre corps.

Il n’y a pas que les oreilles qui permettent d' »entendre » les sons et la musique, ou plutôt de les ressentir. D’ailleurs, l’oreille ne fait guère la différence entre un son numérique et un son naturel ; comme elle ne fait guère la différence non plus entre un La 432Hz et un La 440Hz séparés de seulement un sixième de ton. Et pourtant ! Nos ressentis corporels ne nous trompent pas : une musique jouée en 432Hz est souvent perçue comme moins tendue, plus apaisante, plus « pénétrante » que la même musique jouée en 440Hz. Il a été dit qu’un instrument accordé sur la fréquence du La 432Hz résonnerait plutôt au niveau du chakra du cœur, alors que le 440Hz, fréquence de référence utilisée de nos jours, activerait le mental. La fréquence de 432Hz aurait également été identifiée par la physique quantique comme étant la fréquence de vibration de la molécule d’eau. Quand nous réalisons que notre corps est constitué à plus de 80% d’eau, il n’est pas illusoire de penser qu’un instrument accordé sur cette fréquence puisse résonner au plus juste de nos cellules.

Et si, justement, l’eau de notre corps était le récepteur universel des sons, venant capter ses vibrations subtiles au sein de ses chaînes (ou grappes) de molécules appelées « clusters » ? Et si elle mémorisait ainsi l’information et véhiculait son modèle vibratoire dans tout notre corps ? Masaru Emoto a démontré, en photographiant des cristaux en train de congeler, l’effet de différents types de musiques sur la structure de l’eau : avec du Mozart, les cristaux sont réguliers et équilibrés ; avec du hard rock, ils sont déstructurés. Jacqueline Bousquet, Jacques Benveniste, et plus récemment Luc Montagnier ont travaillé sur l’eau en vue de monter qu’elle avait une mémoire.

Alors, si le son peut informer l’eau de notre corps, peut-être a-t-il aussi la capacité de dissoudre et de transformer les mémoires cellulaires, intra-utérines, généalogiques, karmiques que nous portons en nous. Et de nous ramener ainsi vers le silence, vers notre équilibre et vers notre paix intérieure.

N’est-ce pas là en fait le propos de toute musique ? … Bienvenue dans l’univers du son !

Jean-Marc VIGNOLI

Violoniste « sur mesure »
Praticien en Harmonisation Corporelle Sonore
Auteur des CDs « Le Violon Intérieur » et « WAIRUA, nos eaux mêlées »
06 27 77 28 46
jean-marc.vignoli@orange.fr
www.eveil-des-sons.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *